Olivetti
Fondée en 1908 à Ivrea, dans le nord de l’Italie, la société Olivetti s’impose comme l’un des leaders mondiaux dans la fabrication de machines à écrire et à calculer, avant de se lancer dans l’informatique. Entre 1932 et 1960, Adriano Olivetti, le fils du fondateur, a conduit l’entreprise à un succès international, faisant de son nom un synonyme d’excellence et d’innovation et menant en parallèle pour son entreprise une réflexion sur le progrès matériel, l’efficacité technique et l’éthique de la responsabilité.

Rencontre avec Folon
Dans les années 1960, sous l’impulsion de Giorgio Soavi, directeur artistique de l’entreprise, Olivetti s’adresse à de jeunes artistes pour le lancement de ses produits et, ce faisant, promeut implicitement l’image d’une firme ouverte à la communication et consciente de la valeur culturelle de l’art. La collaboration avec l’artiste belge Jean-Michel Folon en est emblématique. Suite à un premier contact en 1962,  Soavi passe, en mars 1965,  à Folon une première commande pour la réalisation d’une affiche pour la machine à écrire Lettera 32, le nouveau modèle portable d’Olivetti qui allait remplacer la Lettera 22. Soavi la lui fait envoyer, depuis la filiale française d’Olivetti, située rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris, afin qu’il puisse l’essayer. Cette première commande marque le coup d’envoi d’une longue collaboration avec l’entreprise et d’une amitié forte avec Giorgio Soavi, qui s’est également étendue à d’autres artistes, comme Bob Blechman, Milton Glaser et Pierre Alechinsky, entre autres.

Commissaires Paola Mantovani, Marcella Turchetti avec la collaboration de la Fondation Folon.

Une exposition, en partenariat avec la Fondation Folon, conçue par le Museo Civico Garda et l’Associazione Archivio Storico Olivetti à Ivrea, Italie.